Paypite, la crypto-monnaie à la conquête de la Francophonie

Tous les Français connaissent aujourd’hui l’existence des monnaies numériques. En effet, plus de 95 % des femmes et 98 % des hommes interrogés ont déjà entendu parler des cryptomonnaies en 2018.

 


Mais la langue française ne s’arrête pas à la France, mais s’impose dans ce que l’on nomme la Francophonie.

Vincent Jacques crée Paypite en 2017, la première monnaie virtuelle dédiée aux francophones et à toute la Francophonie.
Une monnaie transparente, sans commission, immédiate et 100% sécurisée.

Un facteur clé de succès d’une monnaie commune est qu’elle soit principalement utilisée 
par les acteurs économiques de la zone visée, en l’occurrence les pays francophones (qui regroupent la majorité des francophones).

Si les francophones se mettaient à utiliser une crypto monnaie purement globale comme le bitcoin, ou une autre crypto monnaie qui serait fortement utilisée par exemple par le monde hispanophone ou par les pays asiatiques, alors cela instaurerait une dépendance de fait des pays francophones vis-à-vis des utilisateurs majoritaires de cette monnaie (monde hispanophone, pays asiatiques, etc.).

Cette dépendance de fait ne serait pas satisfaisante car elle ne permettrait pas à cette monnaie de servir les intérêts économiques des pays francophones.

Les fluctuations de cette monnaie seraient subies par les francophones et liées à des facteurs externes, alors qu’il est au contraire souhaitable que cette monnaie fluctue en fonction des économies des pays francophones.

Il nous semble donc nécessaire d’introduire une nouvelle crypto monnaie, qui sera principalement utilisée par les économies francophones, et dont l’évolution sera, on peut l’espérer, dictée par les besoins et les conditions économiques des pays francophones.

Le projet Paypite vise à développer et déployer un nouveau protocole qui répondra aux caractéristiques suivantes:

Scalabilité:

Capacité de traitement de 10 000 transactions par seconde.

A titre de comparaison, Bitcoin et Ethereum ont des capacités respectives de seulement 5 et 15 transactions par seconde actuellement, tandis que Stellar a une capacité d’au moins 1 000 transactions par seconde et que Ripple qui est foertement centralisé comme crypto monnaie a démontré qu’il pouvait supporter 1 500 transactions par seconde.

EOS, de son côté, projette de supporter 100 000 transactions par seconde.

Si l’on compare avec des plateformes de paiements traditionnelles et centralisées, un opérateur de cartes de paiement tel que VISA exécute en moyenne 1736 transactions par seconde, et possède une capacité de 24000 transactions par seconde.

 

Rapidité:

Chaque transaction devra être confirmée en moins de 10 secondes.

A titre de comparaison, la blockchain Bitcoin permet d’obtenir une confirmation des transactions en 10 minutes dans 63.2% des cas, et dans 13.5% des cas la confirmation dure plus de 20 minutes.

Toutefois pour sécuriser une transaction Bitcoin, une confirmation ne suffit pas et on considère qu’il faut attendre 6 blocs pour qu’une transaction soit définitivement confirmée, soit un temps d’attente de plus d’une heure.

De leur côté, les transactions Ethereum sont généralement confirmées en 15 à 60 secondes.

Peu coûteux:

Le coût des transactions pour les utilisateurs devra être inférieur ou égal à 0.01€ (un centime d’euros) par transaction, et devra être payable en paypites (et non pas dans une autre cryptomonnaie).

Malgré les variations probables du coût de transaction en fonction de différents facteurs comme la charge du réseau, celui-ci devra toujours rester en-dessous de ce seuil.

Sécurité:

Un niveau de sécurité similaire à la blockchain Bitcoin. La sécurité des transactions et des portefeuilles est un enjeu majeur pour tout protocole. Il est évidemment nécessaire que le système ne puisse pas, ou très difficilement, être piraté et l’argent des utilisateurs volé.

Les débats sont nombreux sur ce sujet; on considère souvent que les blockchains rapides sont moins sécurisées que les blockchain lentes.

Décentralisé:

Opérer sur une architecture décentralisée. Des nœuds opéreront les transactions et seront rétribués par les coûts de transaction.

Le protocole Paypite ne fournira pas de récompenses («rewards») aux nœuds autres que les coûts de transaction.

Ils ne souhaitent pas adopter une approche centralisée comme celle de Ripple par exemple, dont le protocole prévoit que tous les validateurs de transaction du réseau soient agréés par la société commerciale Ripple.

 

Comment atteindre ces objectifs?

Un travail collectif Tout d’abord, il convient de préciser que l’association Paypite ne dispose en interne d’aucune équipe de développement.

La mission de l’association est en effet de lancer et d’animer l’écosystème Paypite, en s’adossant sur des partenaires techniques, commerciaux, économiques et culturels.

Ainsi, pour développer et promouvoir les outils décrits ci-dessous visant à connecter la paypite avec le monde réel, l’association s’appuie-t-elle sur deux sociétés partenaires, l’une en France et l’autre à Madagascar Dirigées par la même équipe que l’association, ces sociétés ont permis de donner l’impulsion de départ pour lancer l’écosystème Paypite.

Paypite est un protocole de consensus de type Stellar(rapide, scalable et peu coûteux), avec une couche Lightning Network.

Au contraire de Stellar, Paypites souhaite cependant que les nœuds soient rémunérés, afin qu’ils soient nombreux et indépendants.

Paypite ouvre la voie à des solutions reposant spécifiquement sur cet aspect communautaire.

En particulier, l’un des piliers de toute distributed ledger étant les nœuds ou les mineurs, ils peuvent capitaliser sur la communauté des utilisateurs pour avoir un grand nombre de nœuds à leur disposition, gratuitement ou à faible coût.

Le nombre de paypites est fixé à 274 millions, comme le nombre de francophones dans le monde d’après l’estimation de l’OIF dans son rapport de 2014.

Ce nombre de paypites est fixe, ce qui permettra d’éviter l’inflation des prix puisqu’il ne sera pas possible de créer de nouvelles unités monétaires (pas de «planche à billet»). Au départ, l’association Paypite détient une grande partie du stock. Elle vend ce stock au fur et à mesure, ce qui lui permet de financer le développement de l’écosystème.

Il faut noter qu’au contraire des monnaies émises par des banques centrales, qui possèdent des réserves de change, la monnaie paypite ne s’appuie sur aucune réserve de change et sa valeur dépend donc intégralement de la confiance qu’y placent ses utilisateurs et de l’intensité de l’usage qu’ils en font.

Il est à espérer que la paypite évoluera un jour en corrélation avec la situation économique des pays francophones, de manière à être un outil au service des intérêts économiques francophones.

Paypite s’est même enrichit de deux nouveautés dont l’application dans le GooglePlay, le YES qui est le PIT à 1€ et le XOF.

Le YES conserve toutes les propriétés du PIT-EUR, il est pareillement convertible, garanti, non volatile et transférable vers n'importe quel portefeuille Paypite.

Le XOF est le symbole du Franc CFA, une monnaie utilisée dans 8 pays d'Afrique francophone réunis au sein de l'Union économique et monétaire ouest-africaine : Sénégal, Côte d'Ivoire, Mali, Bénin, Burkina Faso, Niger, Guinée-Bissau et Togo.

A quoi ça sert ?

L'application est désormais capable de gérer l'envoi et la réception de Franc CFA vers/de la Côte d'Ivoire.

Que vous souhaitiez
 envoyer de l'argent à un proche ou un freelancer en Côte d'Ivoire ou payer un fournisseur depuis la Côte d'Ivoire, c'est possible en quelques clics grâce à l'application Paypite.

Comment envoyer des XOF vers la Côte d'Ivoire ?

Comme pour le MGA, l'envoi se fait en en quelques étapes :

  1. Je télécharge l'application Paypite et je crée mon compte Paypite
  2. Je crédite mon portefeuille Paypite en YES en effectuant un virement bancaire
  3. J'initie un transfert en XOF vers mon correspondant sur son compte Mobile Money (voir détail des opérateurs supportés) ou virement bancaire.
  4. Mon correspondant reçoit des XOF

Comment envoyer des EUR depuis la Côte d'Ivoire ?

L'envoi se fait en en quelques étapes :

  1. Je télécharge l'application Paypite et je crée mon compte Paypite
  2. J'achète des YES en publiant une offre d'achat de YES sur l'application (payé en XOF) et en précisant la méthode de dépôt
  3. Dès que j'ai matché avec un vendeur de YES, je transfère mes XOF 
  4. Je suis crédité des YES et je fais une conversion vers l'euro

Les méthodes de retraits/dépôts

Les méthodes suivantes sont disponibles :

  • Messenka
  • Orange Money
  • MTN
  • Moov
  • Virement

Visiter le site : https://paypite.org/
S’inscrire et ouvrire un compte Paypite : https://compte.paypite.fr/