La consommation d'électricité de Bitcoin



Selon les statistiques révélées par le célèbre analyste de la crypto-monnaie, Alex de Vries, pour extraire un seul bitcoin, les mineurs utilisent en moyenne 24 térawattheures d'électricité par an. Eh bien, c’est bien plus que la consommation annuelle d’électricité du Nigéria, avec une population de plus de 195 millions d’habitants. Pour exploiter Bitcoin, vous aurez besoin de plates-formes très puissantes qui consomment d'énormes quantités d'électricité en résolvant des problèmes mathématiques complexes. Selon la manière dont l'électricité minière est produite, elle peut ajouter des polluants dans l'air et contribuer au réchauffement de la planète.

Une estimation de 215 kilowattheures pour une seule transaction Bitcoin a été confirmée, sans oublier le fait que plus de 300 000 transactions en bitcoins sont effectuées chaque jour, partout dans le monde. Avec un ménage américain moyen consommant 901 kWh par mois, vous pouvez dire que Bitcoin consomme à peu près la même quantité d'énergie pour une seule transaction qu'un ménage américain moyen en une semaine. Apparemment, les mineurs de Bitcoin consomment beaucoup trop d’électricité, ce qui pourrait fournir de l’énergie à environ 2,3 millions de foyers en Amérique.

 Une transaction consomme environ 100 kWh, alors qu’une transaction par carte de crédit consomme environ 0,2 kWh. Cependant, le système financier traditionnel a ses propres coûts environnementaux préexistants. Après tout, il faut des banques centrales, des banques commerciales, des véhicules blindés, des guichets automatiques, et la banque centrale ne distribue pas comme par magie de l'argent à tous ceux qui se trouvent à leur porte.

Nadine Damblon, directrice générale de «HydroMiner», une société minière des Alpes autrichiennes, estime que l’énergie hydroélectrique est l’un des moyens les plus écologiques de générer de l’énergie et constitue un marché qui aidera à résoudre le problème énergétique.

Des études du Cambridge Center of Alternative Finance ont montré que près des trois quarts des zones minières se trouvent aux États-Unis et en Chine, bien que des pays comme l'Autriche et l'Islande accélèrent tout en fournissant une énergie hydroélectrique propre, ainsi que des températures froides qui couvrent pour l'équipement de refroidissement.

Il est à noter que le secteur minier qui semblait auparavant être une affaire de geek a évolué pour devenir une industrie à forte intensité de capital et professionnelle avec sa chaîne de valeur.

De très nombreux groupes de développeurs travail évidemment sur ces problèmatiques que connaît Bitcoin, mais pas forcément les autres crypto-monnaie, les premiers éfforts ont même été un succès à l’époque quand le Vertcoin est apparu, résolvant déjà pas mal de problème avec la consommation d’énergie.

Vivant à une époque où le changement climatique est une question de conversation intense, les émissions massives de carbone résultant de la crypto-monnaie sont un sujet qui mérite l'attention.